Merci boucauds !

Publié le par chef Casa

Je suis très crevettes grises en ce moment. Surtout quand elles fleurent bon la mer et sa fraîcheur, comme celles de l’échoppe d’Arlette, dont les saveurs matelotes s’étalent au fond à droite du fameux marché de Rocabey, à Saint Malo. Là, il suffit d’un bon morceau de pain et d’une tendresse de beurre de chez Jean Yves Bordier, saveur Yuzu par exemple, pour que des vagues marines m’emportent le palais de félicité. Et là, fraîchement, il n’y a pas plus simple à cuisiner en entrée.
 

 

La crevette ou boucaud, se pêche à pied, les gambettes dans une baille fraîche, en poussant son haveneau (filet à crevettes de 50 cm à 3 m de large en forme de poche, dont les mailles ont entre 5 à 8 mm de diamètre) sur une grève qui travaille chaque jour à briser le ressac.



Bon si vous avez peur de l’eau vous pouvez comme moi les pécher chez votre Arlette à vous, mais rien à voir avec le goût des fraîches, mangées du bout des doigts juste après coction, pendant une minute, dans une eau salée (35 grammes de sel par litre comme à la mer) avec un peu de curry pour le goût et la couleur. Même pas besoin de les laver avant. Elle est pas belle la vie en crevette ?

 


C’était quand même bien la vie en sepia, enfin vue d’ici, de la vie en couleur !

Publié dans Fast but good

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article